Lectures apéritives d'octobre 2021 :

 

 

visuelelb

 

Titre

Auteur

 

Enfant de salaud

Sorj Chalendon

Depuis l'enfance, une question torture le narrateur : « Qu'as-tu fait sous l'occupation ? » Mais il n'a jamais osé la poser à son père. Parce qu'il est imprévisible, ce père. Violent, fantasque. Certains même, le disent fou. Longtemps, il a bercé son fils de ses exploits de Résistant, jusqu'au jour où le grand-père de l'enfant s'est emporté : <Ton père portait l'uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud ! >En mai 1987, alors que s'ouvre à Lyon le procès du criminel nazi Klaus Barbie, le fils apprend que le dossier judiciaire de son père sommeille aux archives départementales du Nord.

Un roman autobiographique et personnel qui relate la vie du père de l’auteur, totalement mythomane et, qui plus est violent. Très prenant. A garder.

Les vies de Jacob

Christophe Boltanski

369. C'est le nombre de Photomatons que Jacob B'rebi a pris de lui-même entre 1973 et 1974. A quoi pouvaient bien servir ces selfies d'avant l'heure qui montrent tantôt un visage troublé, tantôt un rire forcé, qui paraissent si familiers et lointains en même temps ? Sont-ils l'expression d'une coquetterie, d'un humour solitaire ou la clé d'un mystère ? Lorsque Christophe Boltanski ouvre cet album ramassé aux puces, il est aussitôt aspiré par ces figures sorties d'un conte de Lewis Carroll.

L’auteur intrigué par l’album rempli de Photomatons de Jacob B. Chiri dont il est devenu propriétaire mène l’enquête. A l’issue de celle-ci, il retrace la biographie de cet homme dont la vie complexe embrasse les remous de l’histoire. A garder

La danse de l’eau

Ta -Nehsi Coates

Le jeune Hiram Walker est né dans les fers. Le jour où sa mère a été vendue, Hiram s’est vu voler les souvenirs qu’il avait d’elle. Tout ce qui lui est resté, c’est un pouvoir mystérieux que sa mère lui a laissé en héritage. Des années plus tard, quand Hiram manque se noyer dans une rivière, c’est ce même pouvoir qui lui sauve la vie. Après avoir frôlé la mort, il décide de s’enfuir. Ainsi débute un périple plein de surprises.

Un livre très lent, qui, par moment, manque un peu de rythme. L’histoire est néanmoins intéressante. A garder.

La volonté

Marc Dugain

< J'ai failli le rater de peu. Au moment où je l'ai vraiment connu et compris, où je l'ai vraiment aimé, où enfin j'allais pouvoir profiter de lui et de son estime, on me l'a arraché, comme si ce que nous devions construire ensemble nous était interdit. Je me suis épuisé tout au long de mon adolescence à lui résister, tuer le père qu'il n'était pas et quand il s'est révélé être lui-même, il est mort pour de bon.

L’histoire de cette famille qui embrasse les débuts de la décolonisation se déroule durant une période de mutation sociale importante. Le personnage central (le père de Marc Dugain) ainsi que le contexte de l’histoire contribuent à rendre ce texte passionnant.

La femme au manteau bleu

Déon Meyer

Le corps, soigneusement lavé à l'eau de Javel, d'une Américaine experte en peinture de l'âge d'or hollandais a été abandonné sur un muret au panorama du col de Sir Lowry, à soixante kilomètres du Cap. Benny Griessel et Vaughn Cupido, tandem choc de la brigade criminelle des Hawks, se demandent ce qu'elle était venue faire en Afrique du Sud. Mais lorsqu'ils découvrent que son travail consistait à localiser des tableaux disparus, et qu'elle avait contacté un professeur d'histoire retraité ainsi qu'un détective privé, des pistes inattendues s'ouvrent à eux...

Un polar très court d’un auteur sud-africain qui suit au travers de ces deux inspecteurs Benny Griesel et Vaughn Cupido les évolutions de la société sud-africaine depuis la période de l’apartheid jusqu’à aujourd’hui. « La femme au manteau bleu » se lit avec plaisir.

Premier sang

Amélie Nothomb

Ce roman décrit la famille paternelle de l’auteur. Son père enfant est élevé par sa famille maternelle. Un jour il est envoyé dans sa famille paternelle au sein de laquelle les enfants sont entièrement livrés à eux-mêmes. Devenu consul, il est envoyé au Congo Belge. Alors que les rebelles prennent la ville et des ressortissants belges en otage, son père négocie.

Pour certains lecteurs, ce roman d’Amélie Nothomb est plutôt réussi et mérite d’être lu pour d’autres, il sonne un peu faux, dans la mesure où l’histoire semble largement exagérée.

Jewish cock

Katharina Volckmer

Allongée, les jambes écartées, une jeune femme observe le crâne dégarni du Dr Seligman en train de l’ausculter. Elle se lance dans un monologue absolument déjanté et lui parle de ses fantasmes, de ses obsessions, des détails de sa vie sexuelle ainsi que de son histoire familiale. Née en Allemagne, elle a fui ses parents pour s’installer à Londres où elle vit à présent, s’exprimant dans une langue qui n’est pas la sienne et se débattant avec un corps qui l’étouffe un peu plus chaque jour.

Une femme raconte ses fantasmes alors qu’elle se trouve à un rendez-vous chez son gynécologue. Aucun intérêt. A ne surtout pas garder.

Revenir à toi

Léonor de Récondo

Lorsqu’elle reçoit un message lui annonçant qu’on a retrouvé sa mère, disparue trente ans plus tôt, Magdalena n’hésite pas. Elle prend la route pour le Sud-Ouest, vers la maison éclusière dont on lui a donné l’adresse, en bordure de canal. Comédienne réputée, elle a vécu toutes ces années sans rien savoir d’Apollonia.

Très bien écrit, très beau. La femme que l’on suit est une comédienne célèbre, et l’on comprend pourquoi dans la suite du roman. La fin est décevante en comparaison du reste du roman très réussi. A garder.

Un tesson d’éternité

Valérie Tong Cuong

Anna Gauthier mène une existence à l’abri des tourments entre sa pharmacie, sa villa surplombant la mer et sa famille soudée.
Dans un climat social inflammable, un incident survient et son fils Léo, lycéen sans histoire, se retrouve aux prises avec la justice. Anna assiste impuissante à l’écroulement de son monde, bâti brique après brique, après avoir mesuré chacun de ses actes pour en garder le contrôle.

Pour certains lecteurs ce roman s’est révélé plat, sans intérêt. Pour d’autres, un roman intéressant qui se lit facilement. A la lumière de l’enfance du personnage central, on comprend mieux les sentiments qui l’habitent et notamment son désir de tout contrôler.  La fin est vraiment très surprenante.

Bellissima

Simonetta Greggio

« Qu’est-ce qui m’a poussée, jeune fille, à abandonner mes proches, ma maison, ma langue maternelle ? Pourquoi ai-je laissé derrière moi mes amis, mes petits frères, ma mère, mon pays ? Qu’est-ce qui fait qu’un homme tendre comme mon père est devenu un monstre, à un moment donné ? Quel est ce mal qui m’a rongée jusqu’à presque en crever ? Cela s’appelle Italie : ma douleur, mon amour, ma patrie.

Un parallèle est dressé entre l’histoire de l’Italie de 1920 à aujourd’hui et l’histoire du personnage, toutes deux très violentes. Le livre n’est pas abouti, il manque un fil conducteur. Néanmoins, il  se lit facilement. A garder malgré tout.

Artifices

Claire Berest

Abel Bac, flic solitaire et bourru, évolue dans une atmosphère étrange depuis qu’il a été suspendu. Son identité déjà incertaine semble se dissoudre entre cauchemars et déambulations nocturnes dans Paris. Reclus dans son appartement, il n’a plus qu’une préoccupation : sa collection d’orchidées, dont il prend soin chaque jour. C’est cette errance que vient interrompre Elsa, sa voisine, lorsqu’elle atterrit ivre morte un soir devant sa porte. C’est cette bulle que vient percer Camille Pierrat, sa collègue, inquiète de son absence inexpliquée. C’est son fragile équilibre que viennent mettre en péril des événements étranges qui se produisent dans les musées parisiens et qui semblent tous avoir un lien avec Abel. 

Un thriller artistique très original et passionnant. A garder absolument.

La carte postale

Anne Berest

C’était en janvier 2003. Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange. Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme. L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942. Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.

Ce livre relate l’histoire familiale d’Anne Berest qui s’entremêle avec la grande histoire. Ce livre se lit d’une traite. Il est absolument passionnant, et très beau. Un véritable coup de cœur pour de nombreux lecteurs.

Satisfaction

Nini Bouraoui

Je pense souvent à ce qu'il restera, à ce qu'Erwan gardera de moi, de son enfance, j'aimerais saisir, révéler ses sensations sur la pellicule photographique, graver nos instants, craignant que l'amour ne disparaisse avec les souvenirs, graver l'odeur du jasmin quand nous nous approchons de notre maison, odeur de la stabilité du lieu intérieur malgré les désordres de mon coeur, contre la violence extérieure, réelle ou imaginaire, de la mer, des hommes.

Ce livre propose une tranche de vie de femme qui met en lumière la place de la femme dans la société algérienne. Les lecteurs ont été plutôt déçus par ce livre, même si par ailleurs, ils apprécient beaucoup cet auteur. A conserver néanmoins.

Tant qu'on est tous les deux

Gaël Tchakaloff

La romancière Gaël Tchakaloff a vécu, jour et nuit et des mois durant, au cœur du réacteur, au plus près du pouvoir et de ceux qui l’incarnent : le président de la République et la Première dame. Tant qu’on est tous les deux perce l’armure, les secrets, l’histoire d’amour et les conquêtes d’un homme et d’une femme qui ne ressemblent à nuls autres : Brigitte et Emmanuel Macron.

Un livre sans intérêt sur le couple Macron. On ne garde pas.

Mohican

Éric Fottorino

Brun va mourir. Il laissera bientôt ses terres à son fils Mo. Mais avant de disparaître, pour éviter la faillite et gommer son image de pollueur, il décide de couvrir ses champs de gigantesques éoliennes. Mo, lui, aime la lenteur des jours, la quiétude des herbages, les horizons préservés. Quand le chantier démarre, un déluge de ferraille et de béton s'abat sur sa ferme. Mo ne supporte pas cette invasion qui défigure les paysages et bouleverse les équilibres entre les hommes, les bêtes et la nature. Dans un Jura rude et majestueux se noue le destin d'une longue lignée de paysans.

Entre le père et le fils, ce sont deux visions de l’agriculture qui s’affrontent. Néanmoins, l’un et l’autre finissent par se rejoindre. Un roman intéressant et bien écrit sur un thème dans l’air du temps. Ce livre permet de réfléchir à un problème crucial et son dénouement reste positif. A garder absolument.

S’adapter

Clara Dupont-Monod

C’est l’histoire d’un enfant aux yeux noirs qui flottent, et s’échappent dans le vague, un enfant toujours allongé, aux joues douces et rebondies, aux jambes translucides et veinées de bleu, au filet de voix haut, aux pieds recourbés et au palais creux, un bébé éternel, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres. C’est l’histoire de sa place dans la maison cévenole où il naît, au milieu de la nature puissante et des montagnes protectrices ; de sa place dans la fratrie et dans les enfances bouleversées.

Une très belle écriture. La nature enveloppe les personnages, apaise et humanise l’enfant handicapé. Très émouvant et très beau. Ce livre décrit bien comment chacun réagit face à un drame familial et quelles sont les différences. Un immense coup de cœur.

Climax

Thomas B.Reverdy

C'est une sorte de village de pêcheurs aux maisons d'un étage, niché au creux d'un bras de mer qui s'enfonce comme une langue, à l'extrême nord de la Norvège. C'est là que tout a commencé : l'accident sur la plateforme pétrolière, de l'autre côté du chenal, la fissure qui menace dangereusement le glacier et ces poissons qu'on a retrouvés morts. Et si tout était lié ?

Une histoire très bien écrite. Tous les 5 chapitres la narration est entrecoupée d’épisodes de « Donjons et Dragons », procédé quelque peu surprenant. Néanmoins le sujet est actuel et ce roman contient de nombreux éléments sur le réchauffement climatique et sur l’environnement. A garder.

La fabrique des souvenirs

Clélia Renucci

Dans un monde où les souvenirs se vendent et s'échangent grâce à une application révolutionnaire, Gabriel, amateur de théâtre, revit à plus d'un demi-siècle de distance la première de Phèdre en 1942 à la Comédie Française. Dans la salle, il remarque une spectatrice dont la nuque l'envoûte aussitôt, et se lance dans une quête éperdue pour découvrir l'identité de l'inconnue.

Un roman très original, qui peine néanmoins à soutenir l’intérêt du lecteur jusqu’au bout.

Celle qui brûle

Paula Hawkins

Londres. Trois femmes sont frappées de plein fouet par l'assassinat d'un jeune homme à bord de sa péniche. Carla, sa tante. Miriam, sa voisine, qui a découvert le corps. Et Laura, avec qui la victime a passé sa dernière nuit. Si elles ne se connaissent pas, ces trois femmes ont un point en commun : chacune a été victime d'une injustice qui a gâché sa vie. Chacune couve une colère qui ne demande qu'à exploser. L'une d'entre elles aurait-elle commis l'irrémédiable pour réparer les torts qu'elle a subis ?

Les personnages, déjantés et inadaptés, donnent tour à tour leur version de l’histoire. Un bon polar pour se détendre. Facile à lire.

La porte du voyage sans retour

David Diop

" La porte du voyage sans retour " est le surnom donné à l'île de Gorée, d'où sont partis des millions d'Africains au temps de la traite des Noirs. C'est dans ce qui est en 1750 une concession française qu'un jeune homme débarque, venu au Sénégal pour étudier la flore locale. Botaniste, il caresse le rêve d'établir une encyclopédie universelle du vivant, en un siècle où l'heure est aux Lumières. Lorsqu'il a vent de l'histoire d'une jeune Africaine promise à l'esclavage et qui serait parvenue à s'évader, trouvant refuge quelque part aux confins de la terre sénégalaise, son voyage et son destin basculent dans la quête obstinée de cette femme perdue qui a laissé derrière elle mille pistes et autant de légendes.

Un très beau roman à lire absolument. Une histoire à la fois originale, et très bien écrite. Coup de cœur de plusieurs lecteurs.

Milwaukee blues

Louis-Philippe Dalembert

Depuis qu'il a composé le nine one one, le gérant pakistanais de la supérette de Franklin Heights, un quartier au nord de Milwaukee, ne dort plus : ses cauchemars sont habités de visages noirs hurlant " Je ne peux plus respirer ". Jamais il n'aurait dû appeler le numéro d'urgence pour un billet de banque suspect. Mais il est trop tard, et les médias du monde entier ne cessent de lui rappeler la mort effroyable de son client de passage, étouffé par le genou d'un policier.

L’histoire de ce roman est inspirée de celle de George Floyd. Un portrait de l’Amérique glaçant. Un livre passionnant à garder absolument.

La fille qu’on appelle

Tanguy Viel

Quand il n'est pas sur un ring à boxer, Max Le Corre est chauffeur pour le maire de la ville. Il est surtout le père de Laura qui, du haut de ses vingt ans, a décidé de revenir vivre avec lui. Alors Max se dit que ce serait une bonne idée si le maire pouvait l'aider à trouver un logement.

Un livre très pessimiste qui propose une vision désabusée du monde. A garder néanmoins.

Où vivaient les gens heureux

Joyce Maynard

Lorsque Eleanor, jeune artiste à succès, achète une maison dans la campagne du New Hampshire, elle cherche à oublier un passé difficile. Sa rencontre avec le séduisant Cam lui ouvre un nouvel univers, animé par la venue de trois enfants : la secrète Alison, l'optimiste Ursula et le doux Toby. Comblée, Eleanor vit l'accomplissement d'un rêve. Très tôt laissée à elle-même par des parents indifférents, elle semble prête à tous les sacrifices pour ses enfants. Cette vie au cœur de la nature, tissée de fantaisie et d'imagination, lui offre des joies inespérées. Et si entre Cam et Eleanor la passion n'est plus aussi vibrante, ils possèdent quelque chose de plus important : leur famille. Jusqu'au jour où survient un terrible accident...

L’histoire est horrible mais la situation très bien décrite. Une belle écriture également. A garder.

Maison de jour, maison de nuit

Olga Tokarczuk

Une jeune femme s'installe avec R. , son mari, dans un hameau perdu de Basse-Silésie, à quelques dizaines de mètres de la frontière tchèque. Nous sommes aussitôt après la chute du régime communiste en Pologne, mais ce n'est pas l'unique changement perceptible : les maisons, les jardins et les forêts environnantes regorgent de vestiges et de traces laissées par les Allemands qui vivaient autrefois, majoritaires, dans cette région. Strates de terre, strates de temps, le hameau prend rapidement les dimensions de l'univers, puisque les possibilités de narrations, à partir de lui, sont infinies.

L’histoire de ce village est décrite à travers les contes véhiculés par les habitants. Ce roman contient une part de fantastique. Comme tous les romans d’Olga Tokarczuk, l’atmosphère de ce livre est très poétique.